Rapport Annuel

2021

AVANT-PROPOS


© CIDSE

2021 aura été une autre année difficile, c’est le moins que l’on puisse dire. Le coronavirus a continué à circuler, avec des conséquences dramatiques sur nos sociétés et notre bien-être. Sans oublier les conflits, dont celui qui a atrocement déchiré l’Éthiopie et nous a laissés impuissants et indignés.

Pour la CIDSE, l’année aura une fois encore été synonyme de perturbations, d’annulations, de changements de plans, mais aussi d’un formidable engagement malgré les difficultés rencontrées. Nous avons terminé 2021 en commençant peu à peu à nous rendre compte des nombreux impacts de la pandémie, sans apercevoir les nuages qui allaient assombrir la nouvelle année, avec le déclenchement d’une véritable guerre en Europe.

La pandémie a continué à perturber nos vies de manière inédite, mais pas dans la même proportion. Une fois encore, ce sont les plus vulnérables partout sur la planète qui ont été les plus durement touchés. S’il est une chose que la pandémie aura mise en évidence, c’est que tout est lié. Inégalités économiques, injustice sociale, polarisation politique, changements climatiques et augmentation du nombre de populations déplacées : les crises auxquelles nous sommes confrontés ne sont pas des phénomènes isolés. Elles sont liées par des systèmes structurels d’injustice et d’exploitation.

En juin, nous avons approfondi notre connaissance de ces liens systémiques à l’occasion de notre deuxième Forum sur le changement systémique. Ce jalon essentiel pour le réseau de la CIDSE nous a permis d’avancer dans notre réflexion systémique en examinant des questions clés telles que les partenariats transformateurs, la communication et la cohérence organisationnelle. Les enseignements tirés de cet événement seront durables et nous invitent à poursuivre notre évolution et à remettre en question les modèles coloniaux qui continuent de conditionner nos pensées et nos actions.

Avec ses partenaires et ses alliés, la CIDSE a renouvelé son appel pour la transformation du modèle économique actuel au profit d’un modèle qui favorise l’épanouissement humain sur une planète prospère. Dans un monde où « plus vite et plus grand » constitue la norme, nous persistons à poser la question : peut-on y arriver « avec moins » ? Dans une époque marquée par l’incompréhension et la peur, la CIDSE entend être un trait d’union avec les êtres humains, le monde et la planète.

Nous étions présents à la COP26 à Glasgow, à l’invitation de notre membre SCIAF, pour défendre la justice climatique, malgré l’absence de nombreux partenaires n’ayant pu se joindre à nous. Dans les enceintes internationales, nous avons plaidé pour une meilleure réglementation des entreprises et le respect des droits humains ; nous nous sommes tenus aux côtés de ceux et de celles qui ont vu leurs terres accaparées et leurs territoires menacés ; nous avons offert aux femmes des espaces où elles ont pu décrire les défis auxquels elles sont confrontées en matière d’égalité des sexes ; nous avons rassemblé des jeunes pour favoriser leur engagement écologique et spirituel ; nous avons remis en question les discours dangereux à propos des systèmes alimentaires.

La doctrine sociale de l’Église ne cesse de nous inspirer dans les efforts que nous déployons pour garantir un avenir meilleur aux populations et à la planète. Dans son encyclique Laudato si’, et plus récemment dans Fratelli Tutti, le pape François nous exhorte à envisager les crises humaine et écologique au travers d’une approche intégrale. Nous continuons de répondre à son appel, unis par la conviction que la justice sociale est la clé de notre avenir commun, et que la solidarité internationale compte.

Nous devons en effet prendre conscience de ce qui se passe dans le monde. Nous devons agir collectivement à tous les niveaux – des communautés locales à l’État, en passant par les organisations et les individus. Nous réjouir de nos différences et y voir une source de créativité. Nouer le dialogue et découvrir nos points communs dans la diversité. Ne pas laisser les revers et les échecs nous décourager, y compris dans les moments difficiles. Je vous invite à lire notre rapport annuel et à découvrir par quelles voies et moyens nous avons continué à œuvrer pour un monde de justice et plus durable. J’espère que vous prendrez plaisir à prendre connaissance de nos réalisations et de nos défis.

 

Lieve Herijgers
CIDSE President

LES TEMPS FORTS DE L’ANNEE

AGIR POUR LE CHANGEMENT

Trait d’union

La CIDSE co-organise et participe à des espaces où ses membres, alliés et partenaires peuvent mutualiser leurs connaissances et leurs expériences. Ces réunions et plates-formes d’échange facilitent les relations authentiques qui conditionnent l’exercice de la solidarité entre les mouvements, et accroissent l’impact par l’apprentissage de bonnes pratiques. Ces espaces nous permettent également d’accompagner les mouvements sociaux dans leur mise en relation avec différents acteurs et de leur donner l’occasion de participer à des processus politiques.

Quelques temps forts du travail accompli en 2021 par la CIDSE en tant que trait d’union :

La CIDSE a contribué à catalyser et à renforcer un puissant mouvement en faveur du changement en Afrique, baptisé « Notre terre est notre vie ». Ce mouvement, étroitement lié aux communautés de base, a mené avec succès un plaidoyer en faveur du document stratégique de l’Union africaine sur la gouvernance foncière, dans lequel figure nombre de ses recommandations clés. Il a par ailleurs engagé en 2021, et poursuivi en 2022, un travail d’influence sur le partenariat UA-UE, non seulement en Europe mais aussi et surtout à différents niveaux et dans divers espaces africains. On peut également porter à son crédit le fait d’avoir placé les communautés au centre de son action de plaidoyer en produisant une série de « dossiers politiques sur l’accaparement des terres » qui met en exergue les luttes des communautés locales pour leurs droits fonciers, dénonce l’impunité des entreprises et souligne la nécessité pour les gouvernements africains et européens de rendre des comptes.
Au travers de sa campagne « Accès à la justice » lancée au mois de novembre qui regroupe une vidéo d’appel à l’action ainsi que des outils permettant de mieux appréhender des problématiques telles que l’impunité des entreprises et l’accès à la justice pour les particuliers et les communautés, la CIDSE invite les citoyens et les volontaires à demander à leurs députés européens et aux décideurs des États membres de veiller à ce que l’UE adopte une loi forte pour responsabiliser les entreprises. Nous espérons faire mieux comprendre aux citoyens la nécessité d’une législation garantissant l’accès à la justice et faisons appel à leur soutien pour s’adresser au monde politique.
Le projet «Our journey to COP26 » a vu le jour afin que les jeunes supporters de notre initiative « Changeons pour la planète – Prenons soin de l’humanité » soient prêts à s’engager sur le chemin de la COP26 à Glasgow. Ce « voyage virtuel » s’est décliné en une série d’événements, tantôt en présentiel, tantôt virtuels, aux niveaux national et international. Grâce au soutien de ses organisations membres, le secrétariat de la CIDSE a coordonné la plupart de ces événements, qui ont réuni environ 80 personnes et créé des connexions entre des dizaines de groupes locaux et nationaux. Les jeunes ont apprécié ce « voyage » à la fois amusant et instructif.
Être un trait d’union, cela consiste aussi à réunir notre réseau : en 2021, nous avons organisé notre première « conversation sur l’empreinte écologique », consacrée aux déplacements après le COVID-19. Les membres de notre réseau ont ainsi pu se soutenir mutuellement pour apporter une cohérence organisationnelle à la question de l’empreinte écologique. En juin, nous avons également tenu notre deuxième Forum sur le changement systémique « Le changement commence par nous », un des temps forts de notre réseau, où nous avons pu faire le point sur notre approche du changement systémique alors que nous approchons de la fin de notre cadre stratégique. Le Forum nous a fourni l’espace et, surtout, le temps nécessaire pour faire le bilan de l’année écoulée et réfléchir à son impact sur le changement systémique et à ce que cela signifie pour nous et notre réseau à l’avenir.

Influenceur

Nous faisons pression sur les décideurs de haut niveau et participons aux processus d’élaboration des politiques à des moments cruciaux. Les politiques que nous défendons s’appuient sur les connaissances et l’expérience de nos partenaires et de nos membres, et nous pouvons à notre tour leur faire part de nos observations sur l’évolution des processus politiques internationaux, afin qu’ensemble, nous puissions tirer parti des possibilités offertes par des politiques transformatives.

Quelques temps forts des actions de plaidoyer menées par la CIDSE en 2021 :

Les pressions exercées par la CIDSE en faveur d’une solide initiative européenne de gouvernance durable ont porté leurs fruits : les députés européens ont approuvé un rapport d’initiative législative (INL) demandant à la Commission européenne de présenter une proposition visant à obliger les entreprises à prévenir les atteintes aux droits humains et à l’environnement et à garantir l’accès à la justice pour les victimes d’abus commis par des entreprises. En commission des affaires juridiques, l’INL a été adoptée en plénière par une large majorité bipartisane. C’est un beau succès pour la CIDSE et ses alliés qui ont plaidé cette cause. La CIDSE suit actuellement l’évolution de cette loi et continue parallèlement à faire pression en faveur d’un traité international contraignant sur les entreprises et les droits humains aux Nations unies.

Plus d’informations sur le travail de la CIDSE en matière de réglementation des entreprises, y compris un large éventail de ressources

La CIDSE n’a pas baissé d’un ton à propos de l’urgence et de l’ambition liées à la justice climatique, en insistant sur les conséquences pour les plus vulnérables et en appelant à la protection de la biodiversité et des communautés indigènes. La conférence des Nations unies sur le changement climatique à Glasgow (COP26) n’était que la partie émergée de l’iceberg, ou la vitrine du travail effectué par le réseau pour aborder la question d’une ambition plus forte pour l’action climatique. Pendant la conférence, qui s’est déroulée sur fond de restrictions en raison de la pandémie, les membres se sont réunis avec leurs alliés pour faire entendre la voix des plus vulnérables par le biais d’événements parallèles et de manifestations organisés par SCIAF, notre membre écossais.

Plus d’informations sur l’engagement de la CIDSE lors de la COP26, y compris un large éventail de ressources

La CIDSE considère la finance comme un levier essentiel du changement et y a apporté une réflexion sur le lien avec l’alimentation et le climat. Parmi les résultats de ce travail, citons la note politique «Réorienter les financements au service de l’agroécologie », accompagnée d’une vidéo d’animation courte et percutante. L’objectif est de démontrer qu’il faut cesser de financer l’agriculture industrielle, potentiellement nuisible pour l’environnement, au profit de l’agroécologie. Pour renforcer l’accès au financement climatique, la CIDSE a également publié en avril une étude intitulée « Améliorer l’accès limité de la société civile au Fonds vert pour le climat » (FVC) qui analyse les politiques de ce Fonds et livre quelques recommandations pour sa mise en œuvre effective et sa transformation.
Face à une distribution du vaccin contre le COVID-19 désespérément inégalitaire, les Directeurs de la CIDSE ont publié une déclaration dans laquelle ils réclamaient un cadre éthique et efficace pour que les pays du Sud et leurs populations les plus pauvres aient accès au vaccin.

Porteur de récits

Au fil des ans, la CIDSE a expérimenté de nouvelles formes de médias pour faire connaître ses points de vue et ses propositions à des publics ciblés, bousculer les mentalités et ouvrir la voie à un nouveau dialogue. Grâce à la technique du récit, nous pouvons envisager de nouvelles alternatives, nous apprenons à formuler clairement nos positions et nous témoignons de notre attachement aux autres et à notre maison commune.

Quelques temps forts du travail accompli en 2021 par la CIDSE en tant que porteur de récits :

Lancée au mois d’octobre, la série #ClimateTalk met en avant Yeb Saño (Philippines) et Maryuri Mosquera (Colombie), deux militants de la cause climatique. À travers leurs interviews, ils nous font connaître leur combat et les répercussions du changement climatique sur leurs communautés, de même que les motivations de leur engagement pour la justice climatique.
Dans le cadre de l’initiative « Changeons pour la planète – Prenons soin de l’humanité », la CIDSE a produit le documentaire « Les jeunes sont l’avenir », sorti le 8 novembre pour la COP26. Ce film d’une quarantaine de minutes donne la parole à de jeunes militants de la cause climatique en Allemagne, en Suisse, au Kenya, en Italie, en Espagne et au Portugal et offre un portrait croisé de leur engagement pour la justice climatique, témoignage concret du militantisme sous toutes ses facettes avec une forte dimension spirituelle apportée par Laudato si’.
L’enthousiasme pour les activités de la CIDSE avec les jeunes et leur engagement autour des processus de cette année ont largement été mis en lumière par le nouveau compte Instagram de l’initiative « Changeons pour la planète – Prenons soin de l’humanité » qui relie les jeunes de nos organisations membres et ceux d’organisations partageant les mêmes valeurs.
Le 8 mars, nous avons fêté le 5ème anniversaire de notre blogue consacré à l’égalité des sexes. Au fil des ans, ce blogue a accueilli nombre de contributions inspirantes. Parmi celles publiées en 2021, citons « Linking gender equality and food justice in the run-up to the United Nations Food Systems Summit » et « External debt and pandemic, a look at the role of women in society ».
Afin de sensibiliser l’opinion publique à la situation invivable à Gaza, nous avons publié l’article multimédia « Respecting Human Rights in Gaza – end the illegal blockade now! » avec des témoignages vidéo de la population locale et avons organisé deux webinaires, l’un consacré aux femmes, l’autre aux jeunes de Gaza.
Pour rendre les informations relatives à la COP26 accessibles à un public plus large, nous avons produit deux infographies : « 9 ways towards climate justice » (spécifiquement destinée aux jeunes) et « Improving civil society’s limited access to the Green Climate Fund ». Nous avons par ailleurs compilé tous nos produits de communication relatifs à la COP26 et leur retentissement dans les médias dans un rapport intitulé « CIDSE at COP26 – Communications and media report ».

À VENIR

2022

 

Février

Sommet UE-UA et Sommet des peuples

Publication de la proposition de directive sur le devoir de vigilance des entreprises en matière de durabilité

Mars

Caravane latino-américaine pour la défense d’une écologie intégrale en période d’extraction minière

Avril

Camp international durable pour les jeunes au Portugal

Juin

Tournée de lobbying de partenaires ouest-africains et publication du dossier politique sur l’accaparement des terres par la SIAT

Juillet

Début des dialogues africains sur le climat

Septembre

Cérémonie de remise des prix du concours photographique
« We sow the Future »

Octobre

Tournée de lobbying avec les protagonistes d’un documentaire consacré aux défenseuses des droits humains

Session sur le traité contraignant des Nations unies à Genève

Novembre

COP27 à Sharm el-Sheik

 

GOUVERNANCE ET FINANCES

LE COMITÉ DIRECTEUR

Le Comité Directeur se compose des Directeurs des 18 organisations membres. Instance responsable de la gestion globale et de la vision stratégique de la CIDSE, il se réunit deux fois par an pour passer en revue l’ensemble des activités en cours et formuler les orientations politiques.

  • En 2021, la CIDSE a fait ses adieux à Susana Refega (FEC/Portugal), Patrick Godar (Partage lu/Luxembourg) et Gianni Del Bufalo (FOCSIV/Italie) et accueilli leurs successeurs respectifs : Manuel Martins, Denise Richard et Paolo Chesani.

COMITÉ EXÉCUTIF

Le Comité exécutif est l’instrument d’application et de supervision du Comité Directeur.

•  Présidente : Lieve Herijgers (Broederlijk Delen)
•  Membres : Ricardo Loy (Manos Unidas), Mgr. Pirmin Spiegel (MISEREOR), Alistair Dutton (SCIAF), Caoimhe de Barra (Trócaire)
•  Assistant ecclésiastique : Mgr A. Tesfaselassie Medhin (Éparchie d’Adigrat/Éthiopie)
•  Trésorier par interim : Dunie Wijbenga (Cordaid)
•  Secrétaire générale : Josianne Gauthier

L’Assistant ecclésiastique, le Trésorier et le Secrétaire générale sont membres du Comité exécutif, mais sans droit de vote.

GROUPES DE TRAVAIL

Les organisations membres de la CIDSE travaillent ensemble sur les priorités définies par le cadre stratégique. Ce travail conjoint se fait essentiellement au travers de groupes de travail, de plates-formes et de forums. Le Secrétariat de la CIDSE anime les groupes de travail, assure la communication entre les organisations membres et veille à la cohérence globale de l’action de la CIDSE.

FINANCES

La CIDSE fonctionne principalement grâce aux cotisations de ses membres et à des financements complémentaires affectés à des projets spéciaux.

En 2021, la CIDSE a reçu des financements extérieurs de :

  • La Commission européenne, Direction générale des partenariats internationaux (DG INTPA) au titre de l’accord-cadre de partenariat « Experience, Learning, Sharing through joint action and strategic planning to achieve global justice ». (2019-2023).
  • La Fondation KR pour l’initiative « Changeons pour la planète – Prenons soin de l’humanité » (2020-2022).
  • La Fondation Porticus pour le projet « Transformative advocacy towards integral ecology – Development of a new Monitoring, Evaluation and Learning (MEL) framework for CIDSE and its members » (2021-2023).

Recettes 2021

  • Cotisations des membres: 1 036 435,00 €
  • Accord-cadre de partenariat de la Commission européenne: 411 939,38 €
  • Fondation KR: 165 527,30 €
  • Fondation Porticus: 48 534,89 €

TOTAL : 1 662 436,57 €

La CIDSE sait gré à tous les membres de son réseau ainsi qu’à la Commission européenne, à la Fondation KR et à la Fondation Porticus d’avoir rendues possibles les activités présentées dans ce rapport.

Dépenses 2021

Plaidoyer *:

€ 1,102,176.99

Communication et activités de réseautage:

€ 313,440.51

Administration et Secrétariat:

€ 119,311.15

TOTAL : € 1,534,928.65

* Les actions de plaidoyer de la CIDSE couvrent les thèmes suivants : le changement systémique ; l’appui aux communautés afin qu’elles reprennent le contrôle sur les biens communs ; la promotion de modèles alimentaires et énergétiques justes et durables pour lutter contre les changements climatiques.

LA CIDSE COORDONNE PAR AILLEURS LE PROJET:

Israël-Territoire palestinien occupé: € 59,159.18

L’exercice fiscal de la CIDSE débute au 1er janvier pour s’achever le 31 décembre. Les états financiers 2021 ont été vérifiés par un auditeur externe, Clybouw Achiel, André & Co bvba, Belgique, à l’aune du plan comptable normalisé belge.

À PROPOS DE LA CIDSE

Nous connaître

Nous sommes une famille internationale d’organisations catholiques œuvrant pour la justice sociale, qui s’emploie à créer un changement transformationnel pour mettre un terme à la pauvreté et aux inégalités, dénoncer les injustices systémiques, les inégalités, la destruction de la nature et promouvoir des alternatives justes et durables pour l’environnement.

Nous voulons mettre en place une société fondée sur la solidarité, l’égalité socio-économique et l’égalité entre les hommes et les femmes, où l’économie est au service de la société et respecte la finitude des ressources de la planète. Nous visons un partage plus équitable et la pose de limites à l’usage des ressources mondiales ainsi que des systèmes de gouvernance où les rapports de force sont démocratisés, où les peuples reprennent le contrôle sur les choix de société dans des économies fondées sur le patrimoine commun.

Nous œuvrons pour des réformes ayant un potentiel de transformation: mettre fin à l’ère des combustibles fossiles et à l’extraction à tout prix, limiter la hausse de la température mondiale en deçà de 1,5°C, promouvoir le droit à l’alimentation et l’agroécologie, réglementer les entreprises de manière à faire respecter les droits humains, garantir une finance durable et une répartition équitable des richesses, soutenir les communautés locales pour qu’elles puissent s’exprimer elles-mêmes, faire face aux inégalités entre les sexes et promouvoir des modes de vie durables. Pour plus d’informations sur nos divers domaines d’activités, voyez notre site web.

Pour ce faire, nous participons à des alliances et des mouvements au service du changement dans le monde, promouvons les solutions et les alternatives des peuples et menons des actions de plaidoyer au niveau international.

Nos membres

La CIDSE rassemble 18 organisations membres d’Europe et d’Amérique du Nord.

Collaborations

La CIDSE travaille en étroite collaboration avec diverses organisations et alliances internationales.

Celles-ci incluent : Caritas Internationalis, Caritas Europa et Franciscans International.

La CIDSE est membre de Concord, de Climate Action Network-Europe, du Mouvement Laudato Si’ et est également membre fondateur de European Laudato si’ Alliance (ELSiA).

En 2021, le Secrétariat a poursuivi le renforcement de sa collaboration avec d’autres réseaux et alliances tels que la COMECE (Commission des épiscopats de la Communauté européenne) et le JESC (Centre social européen des jésuites) pour lequel nous avons accueilli trois stagiaires dans le cadre de leur programme de leadership européen.

Équipe du Secrétariat

Le Secrétariat de la CIDSE anime et coordonne les efforts communs déployés par ses membres. Il représente le réseau auprès de l’UE et sur la scène internationale et mène des actions de plaidoyer ou prend d’autres initiatives en concertation avec les membres afin d’œuvrer pour un changement systémique et un monde de justice.

Le Secrétariat est organisé en équipes qui coordonnent chacune divers groupes de travail pour atteindre ses objectifs :

Nous tenons à remercier Elise Bouget, Alessandro Cerri, Sladana Lovric, Dzhevid Mahmud, Chiara Martinelli, Mireille Nzuzi, Ida Paraskeva, Anya Verkamp and Madeleine Woerner pour leurs précieuses contributions à l’action et à la mission de la CIDSE.

External support

Wim Hendrix, Consultant en Finances
Bea Lambrecht, Consultante en Ressources Humaines.